L'origine de la licorne

L'origine de la licorne

La licorne est un des créatures mystiques qui apparait surtout dans la mythologie grecque. Son nom signifie littéralement « n’ayant qu’une corne » et elle a une allure majestueuse, se présente sous la forme d’un cheval blanc muni d’une corne sur le front et qui aurait du pouvoir. Ainsi, cette corne aurait le pouvoir de lutter contre les poisons potentiels et de faire la différence entre les bonnes et les mauvaises personnes. Mais la licorne symbolise aussi la puissance et la pureté et selon le pays dans lequel la licorne est contée, elle possèderait de nombreux autres pouvoirs magiques.

La licorne fait partie de la culture de nombreux pays, mais la version la plus ancienne est la licorne grecque

Bien évidemment, la licorne fait partie des mythiques créatures de la mythologie grecque et elle serait née de l’imagination d’un écrivain grecque. C’était en 400 avant Jésus Christ que cet écrivain, qui se nommait Ctésias relatait que cet animal existait réellement et selon lui, elle posséderait des propriétés médicinales très puissantes. Des peintres de renoms, comme Da Vinci, se sont inspirés de cet animal et ont peint des tableaux qui la représente. Bien des siècles après, certaines personnes essayaient même de chasser la licorne afin de dérober sa corne. Durant un certain temps, la noblesse et la royauté payaient des grosses sommes d’argent ou de l’or afin de posséder la fameuse corne de l’animal. Toutefois, on dit que la licorne ne pouvait être appréhendée que par une jeune fille vierge car l’animal serait attiré par cette dernière. A deux nombreuses reprises, les chasseurs ont emmené des jeunes vierges pour essayer de piéger la licorne, en vain. Même si personne ne peut vraiment confirmer ou apporter des preuves que la licorne ait réellement existé sur terre, elle était présente dans de nombreux manuels d’histoire et malgré tout, elle fait partie de notre culture. Et on peut même prendre l'apparence d'une licorne étoilée avec un pyjama.

Les légendes indiennes sur la licorne

A part la Grèce, l’Inde a également des légendes qui relatent les pouvoirs magiques de cet animal. Selon ces légendes, la licorne est immortelle et pourrait détecter les eaux polluées et les éradiquer. Mais elle pourrait aussi détecter les poisons et sa représentation annonce de bons présages. 

La version chinoise de la licorne

Cependant, la chine a également sa version de la licorne, mais au lieu d’un cheval, la licorne chinoise est représentée par une sorte de reptile et elle est appelée « Qilin ». Toujours selon les légendes, cette licorne chinoise avait une tête de lion et une longue corne. Comme celle des autres pays, cette version chinoise a aussi des pouvoirs car elle pouvait apporter une grande prospérité aux enfants et elle pouvait vivre jusqu’à mille ans. D’ailleurs, la licorne représente le bonheur et elle n’est présente que pour la naissance des personnes importantes comme un empereur ou un sage. On dit aussi que le « Qilin » avait des pouvoirs magiques extrêmement puissants et qu’il pouvait marcher sur l’herbe sans laisser de trace. Comme la licorne grecque, le « Qilin » était également considéré comme une créature qui savait juger le caractère des hommes. Ainsi, il ne punissait que les méchants et il pouvait le savoir simplement en les regardant, même si dans toutes les cultures, cet animal était toujours de nature pacifique. Le « Qilin » est souvent présent sur les toiles et les œuvres d’art chinois. Les japonais ont aussi leur version et elle s’appelle « kirin », même s’il s’avère qu’elle est inspirée de celle des chinois. 

La licorne du Kongo

Dans les traditions orales de ce pays, il existe une créature qui a la taille d’un âne et la queue d’un sanglier. Cet animal est appelé « Ababda » et même s’il a deux cornes, il a des caractéristiques identiques à celle de la licorne. Ainsi, les cornes de l’Ababda pouvaient être utilisées en guise de remède contre de nombreuses maladies et d’antidote contre les poisons.

Le « Camahueto » du Chili

Cette créature possède de nombreuses caractéristiques qui sont très similaires à celles de la licorne. En effet, elle aurait une morphologie très proche de celle d’un taureau, mais elle n’a qu’une corne. Cette corne est également dotée de pouvoirs magiques et d’ailleurs, le camahueto était chassé pour cette raison. Ce sont les machis, des guérisseuses traditionnelles, qui chassaient cette créature en lui arrachant sa corne pour la laisser partir ensuite. Cette corne est grattée par la guérisseuse avant d’être mélangée à de l’eau de mer, du cidre de pomme et ce mélange sert exclusivement à guérir l’impuissance masculine. La légende dit que si on plantait des bouts de corne, des camahuetos pousseraient.

L’image de la licorne

C’est au Moyen-âge qu’est née l’image actuelle de cet animal. En effet, les traits fantastiques de la licorne sont le fruit de l’adaptation de l’histoire par l’Eglise, puisqu’elle a été revendiquée par cette dernière. D’ailleurs, cela a permis à des artistes de faire de nombreuses représentations de la licorne, car durant cette période de l’histoire, la religion avait une certaine emphase. Donc, les artistes pouvaient exprimer leur talent sans contraintes et sans restrictions venant de l’Eglise. 

La licorne et l’Eglise

Cet animal a été adopté par l’Eglise chrétienne et de nombreuses aspects de la licorne ont été associés à celle de l’Eglise. D’ailleurs, plusieurs interprétations se suivaient, comme la passion du Christ et les caractères divins que pouvait avoir la licorne.

Peu importe le pays et les légendes contées, la corne est toujours présente sur n’importe que représentation de l’animal, même si sa forme et son espèce sont quelque peu différents. L’autre point commun des licornes, présent dans toutes les cultures du monde, est son pouvoir qui est toujours bénéfique pour l’homme. Cependant, la licorne peut aussi être le fruit d’un malentendu, car il est probable que des voyageurs ont croisé des rhinocéros durant leurs voyages. D’ailleurs, les récits de Marco Polo indiquent également une bête qui ressemble plus à un rhinocéros qu’à une créature fantastique. En effet, il décrivait une bête dotée d’une corne noire unique et qui sait, l’image du grand cheval blanc à corne unique ne serait peut-être que celui d’un rhinocéros un peu exagéré. 

Les commentaires